18ème arrondissement

 

L’arrondissement

 

Le 18ème arrondissement est le deuxième arrondissement le plus peuplé de Paris (202 780 habitants Insee 2015). On constate dans la transformation de l’habitat, dans la place du tourisme, dans l’évolution du commerce, une forte mutation du secteur. C’est aussi l’un des plus contrasté du point de vue social et diversifié par l’origine des habitants et leur culture.

Certains quartiers n’échappent pas au phénomène de la gentrification qui, par l’arrivée d’habitants aisés et la hausse du prix de l’immobilier, tend à repousser les locataires les plus modestes hors de la capitale, sans que les nombreux programmes de logements sociaux puissent endiguer ce phénomène. Création de tension entrer les habitants et les jeunes qui occupent l‘espace public ;

 

L’une des caractéristiques du 18ème est la vitalité, la richesse et la densité du tissu associatif qui s’exercent dans tous les domaines de la vie des habitants, vivement soutenue par la municipalité d’arrondissement et coordonnées dans les quartiers Politique de la Ville par les équipes de Développement Local.

 

 

Les équipes éducatives

 

Trois équipes éducatives de rue, Mozaïc 18, Agora et le Relais 18 Rue, mettent en œuvre l’action de Prévention Spécialisée d’ARC 75 dans le 18ème arrondissement, soit 15 éducateurs(trices), auxquels s’ajoutent des stagiaires de longue durée.

Leur exercice professionnel s’inscrit dans le champ de la Protection de l’Enfance, « là où sont les jeunes et aux moments où ils y sont ». C’est sur cette base que s’organisent les temps d’intervention des éducateurs, les après-midis, en soirée, les week-ends, en tenant compte des vacances scolaires et des chantiers éducatifs qui commencent le matin de bonne heure !

 

 

Les espaces de rencontre

 

Les équipes éducatives d’ARC 75 interviennent dans les limites des secteurs attribués par convention avec le Département de Paris, mais compte tenu de la mobilité des jeunes à l’intérieur de l’arrondissement, elles sont amenées à travailler en coordination entre elles et avec les autres associations de Prévention Spécialisée du 18ème.

 

Les quartiers concernés par l’action d’ARC 75 sont la Porte de Clignancourt, la Porte Montmartre, le Boulevard Ney, le Mail Belliard, l’îlot Croisset, Guy Môquet et le quartier de la Moskova, le square Léon Serpollet, le pied de la butte Montmartre aux abords de Barbès. Les jardins publics, les équipements sportifs et surtout les « trottoirs » des établissements scolaires font partie des lieux où les jeunes se retrouvent et provoquent fréquemment le mécontentement des habitants et des usagers des lieux. C’est souvent dans les « entre-deux » des bâtiments et des structures que la rencontre avec les éducateurs a lieu, ils ne sont pas tout à fait dehors mais pas encore dedans…

 

 

Le partenariat local

 

Les équipes éducatives du 18ème ont une longue expérience du travail en partenariat. Bien que celui-ci soit inégalement réparti entre les territoires Politiques de la Ville et les autres secteurs, les éducateurs engagent des projets avec les partenaires dans tous les domaines de la vie de l’enfant, l’adolescent et de sa famille ; scolarité, santé, culture, animation du quartier, l’accès à la citoyenneté…

Il faut cependant rappeler que si la participation des éducateurs aux projets multi-partenariaux est toujours appréciée, sa qualité repose sur la force de la relation engagée entre l’éducateur et le jeune. Pour y parvenir, il faut partager beaucoup de temps avec les adolescents dans l’espace public. C’est un temps précieux que l’association doit préserver.

 

 

Quel public ?

 

En 2016, l’effectif concerné par l’activité est de 1191 jeunes dont 687 bénéficient d’actions éducatives avec l’équipe et 504 sont en premier contact.

Le contexte familial instable est l’une des problématiques majeures vécues par les jeunes, l’absence de figure paternelle est fréquente, les mères isolées sont nombreuses et les familles touchées par la précarité se sentent dépassées par les « grands adolescents » qui leur font face.

Les jeunes s’exposent à tous les dangers par leurs conduites à risque qui les mettent en contact avec des adultes déviants par des pratiques illicites qui les confrontent tôt ou tard avec la justice.

Le décrochage scolaire concerne les collégiens les plus fragiles, l’absentéisme, les problèmes de comportement envers les adultes qui symbolisent les institutions mettent à jour les faiblesses des familles et leur difficulté à se mobiliser avec les enseignants.